LA MASTER GENERATION : LA SYNERGIE EN MARCHE

LE FORUM DES ETOILES DU FUTUR
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Contes du nomade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guy-landry

avatar

Nombre de messages : 877
Age : 31
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Contes du nomade   Lun 15 Sep - 10:03

La pleine lune

Il était une fois...
Dans un très lointain village en Turquie
Un jeune nomade passait sa vie à observer la nature
Il aimait les choses simples de la vie
Normal pour une personne qui passait tout son temps à voyager
Mais ce qu'il aimait au-delà de toute chose
C'était observer la lune
Profiter de la beauté d'une pleine lune
Mais un jour...
Pendant qu'il était couché sur le sable, les yeux rivés vers le ciel
La lune se mit à lui parler
D'abord effrayé, puis surpris
Le nomade se souvint que toute chose ici bas possède une âme
Alors, il écouta ce que la lune avait à lui dire
" - Je suis triste, lui dit-elle.
- Pourquoi
- A cause de toi, je suis triste et je pleure chaque fois que tu me regardes.
- Et pourtant, je suis une des rares personnes dans ce village à encore prêter attention à ta beauté.
- J'aurais préféré que comme les autres, tu me laisses tranquille. Ça aurait été encore mieux."
Et la lune cessa de parler au nomade.
Ce dernier décida d'aller raconter cette conversation avec le vieux sage du village.
Le sage écouta le récit du nomade dans les moindres détails.
Le sage se mit à sourire, car il avait compris pourquoi la lune était si triste.
" - Pourquoi regardes-tu la lune, demanda le sage au nomade.
- Parce que j'aime la beauté de la nature, répondit-il.
- Qu'est-ce qui te plaît le plus ?
- Observer les soirs de pleine lune."
A ces mots, le vieux sage posa ses mains sur les épaules du nomade.
Il fixa son regard sur lui et lui dit à voix basse
" C'est une bonne chose que tu sois encore sensible à ces merveilles du monde.
C'est une chance que dans ce village, il y ait encore des Hommes comme toi.
Mais tu as oublié que la nature n'est que le reflet de notre âme.
La lune n'est que le miroir de tes pensées.
Avant de continuer à profiter de toute cette beauté
Ecoute d'abord ton cœur
Et va retrouver celle qui pourra partager tous ces miracles de la Terre à tes côtés.
Car, une lune n'est jamais pleine, lorsqu'on la regarde tout seul."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.helge.com
Guy-landry

avatar

Nombre de messages : 877
Age : 31
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Contes du nomade   Mar 16 Sep - 10:20

Trésor caché

Il décida de se mettre en route
De faire ce voyage
Qui allait le mener vers sa bien aimée
Vers cette femme qui l'attendait sur son chemin
Et qui allait accepter de partager son temps et la beauté de la vie
A ses côtés, et de lui faire voir le monde à travers ses yeux
Il fit donc ses bagages
Juste un sac qui contenait ce qu'il considérait essentiel
Des habits, de l'eau et une carte du désert.
En sortant de la ville, il se retourna pour contempler une dernière fois
Cette belle cité où il avait grandi
Cet endroit magique où il avait passé son enfance
Même s'il n'avait jamais connu ses parents
Il avait toujours bénéficié de l'Amour et de l'Attention
Des habitants de ce magnifique village de Turquie
Juste à la sortie du village, il vit un vieux mendiant
Cet homme était assis, la tête baissée sous un grand chapeau
Le nomade se rapprocha de lui et lui dit
"Tiens, voici ma dernière pièce d'or, je te la donne.
Je vais à la recherche de mon trésor à travers le désert.
Là où je vais, je n'aurai pas besoin de cet argent."
Le vieil homme accepta cette pièce et lui dit en retour
" Pour te remercier, je vais te raconter une histoire
Avant de te laisser continuer ta quête"
Et le mendiant commença l'histoire ainsi :
"C'est le récit d'un village éloigné de notre région
Là-bas, la tradition veut que chaque enfant
Dès sa naissance reçoive une clé
Cette clé lui permettra plus tard, à l’âge adulte
D'ouvrir un coffre rempli de pièces d'or
Mais c'est un coffre qui possède deux serrures
Il ne peut être ouvert que par un couple
Deux êtres qui ont décidé de s'unir et de vivre ensemble
Dans ce village, un jeune garçon devenu adulte
Rencontra une jeune fille.
Une fille à l’esprit vif
A la beauté exceptionnelle, et au regard foudroyant
Le jeune homme n'était pas mal non plus
Et ils s'apprécièrent dès le premier regard
Mais voilà, deux jours après leur rencontre
Ils pensèrent déjà à ouvrir le coffre
Qui correspondait à leurs deux clés
Ils se souvinrent qu'il était conseillé de ne pas se presser
De prendre le temps pour ouvrir le coffre
Que dans le village on avait pour coutume
De mieux se connaitre en tant que couple
Avant de profiter de ce trésor
Mais la tentation était trop forte
Et le désir eut raison de la sagesse
Ils ouvrirent le coffre et virent les pièces d'or
Quelle bonheur, s'exclamèrent-ils!
Ils décidèrent de dépenser les pièces d'or
Pour leur bon plaisir
Ils le firent si bien qu'après 5 mois seulement
Tout était fini, il ne restait plus rien dans le coffre
Vu qu'ils n'avaient plus d'argent pour sortir et faire la fête
Ils prirent le temps de discuter entre eux
De se découvrir, de se regarder
La fille s’aperçut vite que le garçon était prétentieux
Le garçon trouva vite que la fille était égoïste
Plus rien n'allait plus et chaque jour
Etait une occasion de dispute entre eux
Le temps de l'attirance était passé et les souvenirs de joie
Etaient bien lointains
Un jour alors qu'ils se disputaient
Ils virent un vieux couple heureux, jovial passer devant leur maison
La fille osa leur demander : comment faites-vous pour être encore heureux après tout ce temps ?
Le couple, surpris s'arrêta et se mit à rire en disant :
Nous avons pris le temps de connaitre nos défauts avant d'ouvrir notre coffre
Mais malgré cela, nous avons décidé de rester ensemble
Car nous avions tellement appris à nous connaître
Que chaque défaut de l'autre, nous rappelait qu'il avait des qualités inestimables
Et que plus important que le coffre rempli de pièces d'or
Plus important que le désir et le plaisir de ce coffre
Nous avons découvert notre trésor caché : l'Amour de l’un pour l’autre ! »
Le nomade remercia le mendiant pour cette belle histoire et comprit
Que la "main invisible" avait utilisé ce mendiant pour lui faire comprendre
Qu'il faudra être fort dans sa quête
Qu'il faudra résister à la facilité, à l'éphémère tentation du désir
Tout au long de ce grand voyage qui l'attendait
Avant de trouver l'Amour véritable qu'il partait chercher
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.helge.com
Guy-landry

avatar

Nombre de messages : 877
Age : 31
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Contes du nomade   Mer 17 Sep - 10:45

Le nomade se mit enfin en route
Le voyage pouvait être long
Ou ne durer que quelques jours
Il avait décidé de ne rien prévoir pour une fois dans sa vie
Il voulait juste visiter tous les villages qui se trouvaient dans le désert
Pensant y trouver, un jour, quelque part
Cette femme qui saurait le comprendre
Qui saurait tout simplement lui faire voir
La beauté du monde à travers ses yeux
Car il avait bien compris que profiter de toutes ces merveilles
Tout seul...était inutile.
Alors, il avança et après trois jours de marche
Il s'arrêta dans le premier village qu’il vit
Afin de se reposer un peu et de remplir sa gourde d'eau
Lorsqu'il arriva, il vit un puit
Et il fut lui même surpris par la joie
Que cette vue suscita dans son cœur
C'est lorsqu'on manque de quelque chose
Qu'on semble mesurer toute sa valeur
Il s'empressa de remplir sa gourde et de trouver une taverne
Pour y passer la nuit et continuer son chemin
C'était un curieux petit village
Avec des habitants qui ne semblaient pas presser
Qui bavardaient entre eux dans la rue
Il n'y avait aucune horloge
Aucun calendrier
Lorsque le nomade fut à la taverne
Il demanda au gérant une chambre pour une nuit
Mais il précisa qu'il n'avait pas d'argent
Et qu'il était prêt à faire ce que le gérant lui demanderait
Afin de s'acquitter de sa dette
Mais le gérant lui dit
« Je ne pourrais plus jamais trouver le sommeil
Si je faisais payer une chambre de mon établissement
A un étranger qui arrive chez moi pour la première fois
J'ai une chambre qui vous attend depuis toujours
Mon cœur m’avait dit qu’un étranger viendrait s’arrêter là un jour
Alors, je ne vais pas contredire la volonté du Ciel »

Ainsi soit-il, dit le nomade après avoir remercié
Cet homme qui l'avait surpris par tant de gentillesse
Le lendemain, au moment de quitter le village
Le nomade remit la clé de sa chambre au gérant
Et lui fit la promesse de toujours garder dans son âme
Ce sens de l'hospitalité dont il avait fait preuve
Le gérant lui dit
"Je ne suis qu'un humain sur votre longue route
Vous le dites parce que votre mémoire
Vous fait croire qu'elle n'oubliera jamais
Mais vous allez m'oublier, le temps fera son travail
Et c’est bien ainsi. J'ai juste écouté mon cœur
Je vous souhaite d'en faire autant tout au long de votre voyage."
Le nomade demanda une dernière faveur au gérant
"Pouvez-vous m'expliquer pourquoi vous n'avez ni montre
Ni horloges, ni calendriers ?"
Et le gérant se mit à regarder le Ciel en disant
"Autrefois, nous avions tout cela
Et c'était bien au début
Nous pouvions prévoir nos journées
Célébrer les anniversaires de nos proches
Organiser le travail
Mais très vite, au lieu d'être des outils
Ces objets sont devenus nos maîtres
On ne fêtait plus les anniversaires par Amour
Mais parce qu'il le fallait, c'était inscrit sur le calendrier
On ne se regardait plus dans les yeux
On n'avait plus "le temps"
On prévoyait jusqu’à la durée optimale de nos relations sexuelles
C’est vous dire jusqu’où le temps avait fini par nous obséder
Alors, on a décidé, d'oser revivre comme avant
Sans calculer, sans chercher à maîtriser le temps
Le premier jour, tout le monde était paniqué par cette idée
Mais après un mois, il n y a pas eu de chaos
Les gens allaient au travail comme d'habitude
Mais avec moins de tristesse
Car il n y avait plus de contraintes de temps
Les enfants ont réappris à aimer l'école
Car les enseignants avec arrêté de les stigmatiser
En leur disant qu'en cas d'échec ils allaient "perdre" une année
Voilà comment nous nous sommes reconnectés
A la seule horloge qui pouvait nous rendre heureux
L'horloge humaine.
A ces mots, le nomade le remercia pour cette belle explication
Et se souvint qu'il avait failli ne pas avoir le courage
D'entreprendre ce voyage
De peur de rentrer dans son village
Et d'entendre tout le monde lui dire
Qu'il avait...
"Perdu" son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.helge.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contes du nomade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contes du nomade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un livre de contes
» Snobisme des contes classiques..?
» Contes et Légendes de Bretagne
» Les contes du Baragouineur : Thiekar et Tarkh, frères de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA MASTER GENERATION : LA SYNERGIE EN MARCHE :: Le forum des étoiles du futur-
Sauter vers: